confabricot1

2009 est une année à fruits, comme vous l'avez sans doute remarqué sur les étals des marchés... Et quand la quantité et la qualité sont là en même temps, il faut profiter des prix plus bas que de coutume pour faire des confitures !! Bref, cette année, ne manquez pas de les emmagasiner, variez, osez... Après les fraises, les groseilles et les framboises, viennent les abricots, veloutés et rebondis comme des petites fesses de bébé ! Fermes et sucrés, légèrement acides après cuisson, ils donnent des confitures ambrées et presque translucides... Un truc de nostalgiques, sans doute, les confitures... Nostalgie de l'été, de la chaleur, des aliments pleins de vitamines et de saveurs... Envie de mettre cette belle saison en pot, et aussi de prolonger ce trésor dans une myriade de bocaux de toutes les couleurs sur une étagère du garage. En attendant, nostalgiques ou pas, mettons vite en pot tout ce soleil, avec des recettes toutes simples qui préservent les saveurs vraies de ces fruits éphémères. C'est parti !!

Pour 8 pots de confitures d'abricots :
- 2,100 kg d'abricots (une fois dénoyautés, vous obtiendrez 2 kg de fruits)
- 2 kg de sucre en poudre
- 2 citrons jaunes non traités

La veille, lavez les abricots sous l'eau fraîche, séparez en les oreillons, et ôtez en les noyaux (gardez en quelques uns pour la suite).
Dans un grand saladier (qui pourra rentrer dans votre réfrigérateur), posez une couche d'oreillons, puis recouvrez de sucre en poudre. Posez une nouvelle couche d'oreillons, puis de nouveau du sucre en poudre, et alternez ainsi jusqu'à ce que vous n'ayez plus de sucre en poudre, ni d'oreillons d'abricots.
Filmez le saladier, et laissez le sucre confire les abricots pendant 24 heures au réfrigérateur.

Cassez quelques noyaux d'abricots et réservez en les amandes. Un peu facile à dire...

Le plus simple pour y parvenir reste d'emballer les noyaux dans un chiffon, de les poser ainsi emmitouflés sur une grosse planche en bois (à même le sol du jardin) et de taper dessus avec mesure avec un marteau ; juste assez pour cassez le noyau, pas trop pour ne pas écrabouiller l'amande qu'il contient (tout compte fait, prévoyez quelques dizaines de noyaux pour en avoir au moins 8 à la fin, il va y avoir de la perte, le temps que vous preniez le coup de main... pffffff...).
Quand vous êtes tout rouge, suant, et très énervé, mais en possession de 8 belles amandes de noyaux d'abricots, passez les quelques instants dans une casserole d'eau bouillante pour en ôter facilement la peau. Réservez les amandes ainsi émondées, et soufflez un peu...

Après 24 heures dans le réfrigérateur, les abricots ont confit et ont rendu beaucoup de jus. Un gros magma de sucre s'est collé au fond du saladier, c'est normal... Transvasez tout le contenu du saladier dans une grande marmite (assez grande pour que la préparation arrive à la moitié de sa hauteur), en raclant les bords avec une spatule, et ajoutez le jus des deux citrons. Le citron est un conservateur naturel extraordinaire, et en empêchant la confiture de s'oxyder, il participe  également à la stabilité de sa jolie couleur ambrée.

Allumez le feu sous la marmite, et portez doucement à ébullition sur feu moyen sans cesser de tourner avec une cuiller en bois. Ne quittez jamais longtemps votre confiture des yeux,  remuez la souvent, ne quittez pas la pièce, ne laissez pas les enfants tourner autour. Si la confiture déborde, c'est la ruine de votre plaque de cuisson (je vous aurais prévenus...), et le sucre chaud, ça peut prendre feu. Donc, ATTENTION...

L'écume qui se forme pendant la cuisson va disparaître au fur et à mesure que vous mélangez la confiture. Certains l'ôtent, mais on finit par y perdre beaucoup de confiture, je n'y touche donc pas.

Réglez votre feu pour que la confiture "bouillotte". C'est à ce stade qu'elle est le plus stable et risque le moins de déborder. Vous entendrez le petit bruit aigu des petites bulles qui éclatent à la surface (si, si, écoutez bien, ça fait blip, blip...). Lorsque ce petit bruit devient mat, la confiture est prête (ça fait blop, blop...).

OK, si c'est votre première confiture, le temps que votre oreille s'adapte à ce concept très "zen" de l'abricot qui murmure son stade de cuisson à l'oreille de la cuisinière, adoptez le concept de l'assiette froide...
En deux mots, mettez une assiette propre et sèche dans votre réfrigérateur, et au bout d'une demie heure de bouillottements, versez dessus quelques gouttes de confiture. Laissez refroidir 5 minutes, puis testez la consistance en y goûtant, c'est sur la langue que l'on appréhende le mieux le stade de cuisson. A vous de voir si vous l'aimez un peu liquide ou très épaisse, mais sachez que la confiture prend du corps en refroidissant, et aussi en vieillissant, faites donc attention de ne pas atteindre le stade de la pâte de fruits...
Si la texture est trop liquide, prolongez la cuisson par tranche de 10 minutes et refaites le même test...

Au-delà de 50 minutes, attention... Il ne faut pas que la couleur de la confiture vire et tire sur le brun, c'est qu'elle est trop cuite, le goût des fruits en sera altéré.

Il est très difficile de donner un temps de cuisson précis dans la confection d'une confiture, puisqu'il dépend du stade de mûrissement des fruits et donc de leur teneur en pectine, qui devient un gélifiant naturel à la cuisson. C'est à force d'en faire que l'on devient expert !!

Pendant la cuisson des confitures, lavez les pots dans de l'eau très chaude, et faites bouillir les couvercles dans une casserole pendant 20 bonnes minutes.

Éteignez le feu, mettez la confiture en pot à chaud, sans attendre qu'elle refroidisse, avec une louche et un entonnoir à confiture (facultatif, si vous êtes très adroit). Posez une amande émondée au milieu et enfoncez la légèrement.

L'amande va donner un petit goût d'amaretto à la confiture. Je l'aime avec et je l'aime sans, je vous laisse le choix !

Mettez aussitôt les couvercle en les serrant très fort, en maintenant le pot à l'aide d'un torchon  ou d'une manique. Laissez refroidir. Étiquetez, stockez !

NB : Comme la confiture est bouillante lorsque vous la mettez en pot, après la mise en place du couvercle, le peu d'air restant va se dilater et faire pression sur le couvercle. En refroidissant, l'air se rétracte à nouveau et le couvercle reprend sa forme initiale en faisant un gros "ploc" parfois très bruyant. Restez cool, c'est NORMAL !!!
Avec cette méthode, je garde les confitures des années sans altération de leur goût....

conabricot2_copie

D'autres recettes pour d'autres fruits ?

 Gelée pulpeuse de groseilles-framboises : clic !
Confiture de framboises : clic !
Confiture de cassis : clic !
Confiture de fraises : clic!
Confiture de prunes sauvages : clic !
Confiture de mûres : clic !
Confiture de figues (revenez à la Toussaint)

Marmelade d'oranges amère (en hiver...)
Gelée de coings : clic !

 

Accédez à toutes les recettes de Bec sucré Bec salé en un coup d'oeil avec le Sommaire dynamique !

Si vous souhaitez être informé(e) par mail lors de la parution d'une nouvelle recette, abonnez-vous à la Newsletter (colonne de droite)